Thionville 03 82 53 09 09
Metz 03 87 18 37 20
Habiter
Edition
Sep 2017

Les images exclusives du projet Bon-Secours

LE RÉPUBLICAIN LORRAIN - Jeudi 15 Septembre 2016

Nous n’avions vu jusqu’à présent que la trame du futur quartier Sainte-Thérèse dessinée par l’atelier Lion associés-Iris conseil et approuvée par un jury de Messins. Aujourd’hui, la coalition d’investisseurs mosellans menée par le groupe thionvillois Habiter Promotion dévoile pour nous les plans précis de son projet de reconstruction du quartier dont la commercialisation sera lancée officiellement ce vendredi, au Salon de l’immobilier Immotissimo de Metz. Exclusif.

Comment une société thionvilloise de votre dimension est-elle parvenue à doubler des majors de l’immobilier comme Bouygues ou Vinci sur cette reconstruction d’un des quartiers phares de Metz ?

Stéphane Noël, PDG d’Habiter promotion  : « La genèse de l’opération est simple, lors d’un rendez-vous avec Richard Lioger (1er  adjoint à la Ville de Metz en charge de l’urbanisme), je lui pose la question sur Bon-Secours : où en est la ville sur cette opération ? Je lui explique alors que je crois beaucoup au site et que j’y crois d’autant plus après avoir réalisé une opération de onze logements rue d’Austrasie, dans le quartier impérial.

Cette opération m’a permis d’affiner ma vision du marché messin et de me conforter dans ce que je pensais. Il n’y a pas eu de concours sur ce projet. Il y a eu des discussions entre opérateurs. Nous, on s’est impliqué d’une manière entière, sans échappatoire. Et on a été convaincant. »Vous avez les reins suffisamment solides pour porter un tel programme, de près de 100 millions d’euros ?  « On est le petit dans l’histoire qui fait la grosse part, mais on a les équipes et les compétences autour de nous pour y arriver. On existe depuis près de 20 ans et on n’a pas eu d’échec opérationnel jusqu’à présent, même au moment de la crise. On a toujours développé le même volume chaque année. On est sain et on la confiance des banques. » Vous vous êtes tout de même allié au groupe Claude Rizzon… 

« Nous développons entre 250 et 300 logements par an. Donc, on ne pouvait pas répondre à ces 450 logements seuls. J’ai donc sondé deux-trois confrères sur le sujet. J’ai tout de suite eu des réponses positives. Mais certains m’ont expliqué que la décision n’étant pas locale, ça allait prendre du temps. Et je ne suis pas patient. Un autre m’a alors manifesté l’immédiateté de son intérêt, c’est  Claude Rizzon qui va réaliser un îlot de 105 logements situé sur la rue de Verdun, en descendant  de Sainte-Thérèse vers l’ancien hôpital. Les 340 logements restants, c’est pour nous. On a évoqué le nom de master promoteur nous concernant, parce qu’on est à l’origine de l’opération et qu’on va réaliser près de 75 % du programme. »

Quel va être votre touche dans ce projet ? « Le plan de masse n’a pas été inventé. Nous avons mis des bâtiments dans des îlots dessinés au préalable. Nous avons juste fait deux-trois petites modifications à la marge pour qu’on amène plus de confort de vie et de transparence dans les logements. Nous, notre apport est sur la proposition. Nous aurons de la mixité avec une résidence seniors, des logements sociaux et de l’accession à la propriété. Pour l’esthétique d’ensemble, nous avons voulu mêler les styles en faisant appel à différents architectes. Il y aura des signatures et un respect strict du cahier des charges de la ville. Il faut savoir qu’il se déconstruit aujourd’hui 55 000 m2. Nous allons construire 32 000 m2. Soit un écart de 20 000 m2 entre ce qu’il y a aujourd’hui et ce qu’il y aura demain. C’est important à savoir pour les riverains. Nous allons créer un vrai poumon, c’est pour cela que nous avons baptisé le projet Cœur impérial. »

Alliés dans cette aventure, Stéphane Noël (à droite sur la photo), PDG d’Habiter promotion, et le groupe Claude-Rizzon de Châtel-Saint-Germain, représenté ici par François Zieger, son directeur de la promotion immobilière (à gauche). Photo RL

« Stéphane est l’auteur et l’acteur principal,avec la Ville de Metz, de ce projet. Il a eula volonté et la capacité de le mettre enscène. Ce projet, il l’avait dans le coeur » De François Zieger, directeur de la promotion immobilière Groupe Claude Rizzon.

En chiffres
• Nombre de logements : environ 450 logements (82 logements achetés par LogiEst, 30 achetés par Perl, promoteur spécialisé dans démembrement social, et exploités par LogiEst, 105 construits par le groupe Claude Rizzon). Hauteur des immeubles :
R + 2 ou R + 5 attique. Parkings en sous-sol.
RDC : cellules professionnelles, pas de commerce.
• Prix moyen du m2 à la vente : 3 600 €/m2
Attique dernier étage avec terrasse de 130 m2 : + de 4 000 €/m2.
•Coût des aménagements périphériques pris en,charge par la ville : environ 5 millions d’euros.
•Partie ancienne de l’hôpital : équipement public, pas encore défini.
• Investissement privé : achat du foncier : 12,5 M€
HT, 1,8 hectare. Investissement global, près de 100 M€.
•Calendrier : permis de construire en cours d’instruction déposés en juillet 2016.
•Premières livraisons : 2019.
•Début des travaux de construction : Septembre 2017

Article Républicain Lorrain rubrique Le journal de Metz-Orne - Jeudi 15 Septembre 2016 - Thierry FEDRIGO.

Jusque-là, on a beaucoup parlé « déconstruction ». Celle, en cours, de l’ancien hôpital Bon-Secours de Metz planté au milieu de l’historique quartier Sainte-Thérèse, dessiné sous l’annexion allemande et appelé Nouvelle ville (Neue Stadt) ou Quartier impérial. Depuis plusieurs semaines, les démolisseurs font place nette, tombant les murs du vieil établissement hospitalier déménagé en 2013 dans une toute nouvelle carène, sur les hauteurs de Metz, le plateau de Mercy. Ce transfert va laisser un trou béant qui ne va pas tarder à être comblé. D’ici 2019, un nouveau quartier va repousser sur les cendres d e Bon - Secours.
A la manoeuvre, la Ville de Metz, pour le cahier des charges, et un promoteur principal, Habiter promotion.

Le petit groupe de Thionville, dirigé par Stéphane Noël, a décroché le marché au nez et à la barbe des majors de l’immobilier. Rapide, il a mis un an et demi à dessiner les plans de son projet en mobilisant plusieurs architectes (Gérard Hypolite, Olivier Hein, Guillemette Gille et Michel Klein) et un allié de poids, le groupe Claude Rizzon. Pugnace, il va dévoiler son programme ce week-end, au salon Immotissimo de Metz, et lancer sa commercialisation.

A vendre : un quartier entier ! Nom de baptême : Coeur impérial. Opération phare de la ville de Metz, cette reconstruction comptera environ 450 logements, dont 82 logements achetés par le bailleur social LogiEst, 30 achetés par Perl, promoteur spécialisé dans le démembrement social, et exploités par LogiEst, 105 construits par le groupe Claude Rizzon et une résidence seniors avec piscine de 78 lots, Elogia. Le prix de vente moyen du mètre carré devrait avoisiner les 3 600 euros.

Un appartement en attique avec terrasse de 130 m2 pourrait, lui, se négocier à plus de 4 000 €/m2. Les aménagements publics périphériques seront pris en charge par la ville de Metz. Ils devraient frôler les 5 millions d’euros. De son côté, le consortium d’investisseurs privés devrait engager près de 100 millions d’euros. Les premiers logements devraient être livrés en 2019.
Les travaux de construction démarreront en Septembre 2017.

Article Républicain Lorrain rubrique Région - Jeudi 15 Septembre 2016 - Thierry FEDRIGO.